Adel Akremy

Né en 1956 en Tunisie. Après un séjour en Belgique où il développe son goût pour les arts et la peinture, Adel Akremy revient en Tunisie. Il commence à peindre en autodidacte; il vend aux passants ses premières œuvres qu’il réalise dans son atelier boutique. Très vite remarqué par les professionnels de l’art, il est exposé dans les galeries d’art et dans les manifestations artistiques importantes en Tunisie et en Europe, telles que le Printemps des arts, Art Tunis Paris 2011, au musée du Montparnasse, mais aussi Venise, où il est sélectionné pour Imago Mundi. Les années de dictature l’ont contraint à un réflexe d’autocensure, il s’en libère après la révolution. La charrette du jeune vendeur désespéré, et qui marque le début de la révolution, devient l’un des thèmes récurrents de son œuvre.

Décidé à ne plus donner une image factice de son pays, Adel Akremy est désormais un artiste délivré et fervent défenseur de la liberté d’expression. Ses créations traduisent la réalité, l’interprète et la transcende.

Il a commencé et continue de peindre sur des sacs de ciment, maintenant aussi sur la toile et sur la céramique. Sa peinture évoque une atmosphère joyeuse où différents éléments s’emboîtent comme des mosaïques de couleurs. S’inspirant du quotidien, rendant hommage aux femmes ainsi qu’aux personnages ayant marqué sa jeunesse, il dépeint un pays à la douceur de vivre incomparable, promesse de liberté extraordinaire. Il peint avec un sourire dans les yeux, sourire d’éternel jeune homme émerveillé par la beauté des femmes, par l’harmonie architecturale de sa Médina, par les couleurs de la nature, du ciel, des ombres et de la chevelure de ses odalisques. Opulentes et lascives elles s’exposent sûres d’elles-mêmes et sûres de la puissance de leurs charmes.

Elles attendent la fantaisie d’Adel qui décidera de leur rajouter un bel homme à la chéchia rouge, des poissons volants, des fleurs de toutes couleurs, des seins hauts perchés ou un vêtement sobre et sévère, elles sont ses créations et s’en réjouissent. Il invente et réinvente la palette de ses couleurs éclatantes et tonitruantes, douces ou ombrées, il dessine et teinte ses fantasmes de toutes les nuances de son imaginaire. Ses poissons volent, ses fleurs dansent, son bouquet de jasmin est aussi grand qu’un arbre, il refuse de s’enfermer dans la petite réalité du quotidien pour notre grand bonheur.