Jean-François Fouilhoux

« Dès mon installation à Mont-près-Chambord en 1976, j’étudie le céladon, recherchant dans les livres des informations qui n’y figurent pas.

Dix ans plus tard, en 1986, une erreur de pesée m’entraîne sur la voie de cette matière satinée et translucide, envoûtante et mythique, à laquelle je consacre encore tout mon esprit et tout mon temps. Bien qu’ayant retrouvé aujourd’hui les principes techniques qui régissent la formation de ce fameux « reflet gras », je multiplie sans relâche les essais, toujours à la recherche d’une nouvelle perfection dans la qualité d’un satiné ou dans la nuance d’une tonalité.

L’extérieur des pièces est sculpté dans un bloc d’argile très molle. Des formes à peine organisées, mais dynamiques, abondantes et nerveuses, tirées dans un geste rapide, prennent alors naissance, conservant à leur surface les traces de cette genèse brutale et passionnelle. »

Présent dans la Revue de la Céramique et du Verre, novembre-décembre 2018, n°223.